• PUZLE

    Peter King est né en 1938 à Enugu, dans la région est du Nigeria et a grandi à Lokoja, Lagos et Port Harcourt.

    La carrière musicale de King débute au cours de ses années d'études en Angleterre où il forme le groupe African Messengers qui expérimente une fusion de jazz et de musique africaine. Ils participent alors à divers festivals dans les universités et clubs de jazz d'Angleterre et jouent aux côtés de grands noms du jazz comme Sonny Rollins, Dexter Gordon, Joe Harriot... Les African Messengers ont également accompagné sur scène de nombreux groupes américains comme The Four Tops, The Temptations, Diana Ross, qui traversaient l'Atlantique sans leurs musiciens.

    Par la suite, King forme un autre groupe nommé The Builders Blues et se lance dans une vaste tournée en Europe et en Afrique du Nord. Il rentre au Nigéria en 1969 et forme The Voice of Africa. Il s'installe alors avec sa nouvelle formation à Yaba avec Fela Kuti.
    Le gouvernement fédéral demande alors  à Peter King de faire une tournée sur le front pendant la guerre du Biafra au Nigéria pour divertir les soldats blessés. Cette expérience pour le moins inédite dure deux mois. Il  retourne à Londres en 1971 pour former  son groupe Shango avec qui il parcoure l'Europe, l'Amérique et le Japon. La deuxième partie des seventies est consacrée à l'enregistrement d'albums studio : entre 1975 et 1978 il enregistre pas moins de neuf opus!

    En 1982, Peter King fonde son école de musique dans un appartement de trois pièces à Maza Maza. Au commencement, cette école compte environ 30 étudiants. Très vite, elle va prendre son essort, des salles de conférence, des salles de répétition, une assemblée, une salle de concert sont construites. L'école a été assistée par des musiciens canadiens Oliver Jones et Archie Allen et grandement aidée par le gouvernement français qui lui a versée des subventions. Près de 2000 étudiants y ont obtenu leur diplôme depuis 1982.
    En Janvier 2007, l'ambassadeur français au Nigeria a inauguré les nouveaux locaux de l'école de musique de Peter King à Badagry, dans l'État de Lagos.

    Pour ceux qui veulent se plonger dans l'univers de King, téléchargez la compilation intitulée "Shango" éditée par le label Strut en 2002.


                                                                                  THS


    votre commentaire

  • Si tu écoutes du vrai hip-hop et que tu ne connais pas BBOYKONSIAN, file vite sur ce webzine!

    Ce site réunit des groupes conscients nationaux qui taffent leurs lyrics pour nous en mettre plein les oreilles! Et qui prouvent que cette musique a encore quelque chose à dire!

    Pas de bling-bling ici, ni de gangsta rap aux allures de feuilletons américains. Vous y trouverez, entre autres, des infos, des textes, des clips et des mixtapes à télécharger. Bref, que du lourd!


    http://www.bboykonsian.com/


    votre commentaire


  • De son vrai nom africain Owoicho Oche ( qui signifie "Dieu est le Roi" ), Ray Stephen Oche est un chanteur, batteur, flûtiste et trompettiste nigérian né en 1936. A la fin des années 50, il voyage au Ghana pour mener à bien ses études musicales. Il y rencontre le célèbre percussionniste Guy Warren qui, selon la légende, lui livre alors les secrets des rythmes africains authentiques. En 1963, il regagne Lagos. Il part ensuite en tournée en Sierra Leone, au Sénégal et en Gambie avec son nouveau groupe nommé Outer Space.
    En 1965, il débarque à Paris et joue à travers toute l'Europe. Il travaille même un temps en collaboration avec l'ORTF. A la fin des années 60, il forme son groupe Matumbo (qui signifie en angolais "doué de talents divers") avec des musiciens venus du Congo, du Togo, de la Guinée, de la Gambie, des Antilles et du Brésil. Avec ce groupe il enregistre deux albums sensationnels "Interpretation of the original rhythm" et "No Discrimation". Si vous trouvez ces deux bijoux en vinyl, gardez-les précieusement, ils n'ont pas été réédités et sont donc quasiment introuvables. Les collectionneurs se les arrachent à prix d'or...


    votre commentaire


  • Avis aux amateurs d'afro-funk, le label Makossa International Records vient de rééditer Disco Soccer, l'un des albums de Buari, sorti en 1979. En espérant que cette réédition soit la première d'une longue série.


    Né dans les années 40, Alhaji Sidiku Buari est l'un des plus célèbres musiciens du Ghana. Sa carrière musicale a commencé aux Etats-Unis. Il y a d'abord joué au baseball en tant qu'amateur puis réalise, en entonnant des chants traditionnels ghanéens qu'il a un véritable talent musical.
    Il rencontre à la fin de sa carrière de sportif l'un des plus grands producteurs aux Etats-Unis appelé "Heaven Mechanics". Ce dernier lui propose alors ses services. Plus décidé que jamais à se lancer dans une carrière musicale, il part à New-York afin d'approfondir sa technique et développer sa connaissance des rouages de l'industrie. Après quoi, il enregistre son premier album intitulé "Kalanbari" qui a eu un succès retentissant aux États-Unis.

    Depuis 1975, il a publié plus de 15 albums dont Buari, Zama Lafia, Kuka Maraya, Nyanyo Kpakpa, Ayalolo...

    En 1984, il retourne au Ghana pour ouvrir un club afin de promouvoir les artistes locaux.
    Alhaji Sidiku Buari est actuellement le président de l'Union des musiciens du Ghana (MUSIGA) et patron de la société de droit d'auteur du Ghana (COSGA).

                                                                                THS

    2 commentaires





  • Ras le bol des instrus électro-bobo et des propos bling-blingo-ghetto-démago ?
    C’est vrai que l’âge aidant, on devient plus frileux du tympan, on en vient à dire des trucs surprenant, genre "c’était quand même mieux avant"... Il faut se rendre à l'évidence : le hip-hop absurde et abscons nous a fait tourner vieux con !
    Pour les nostalgiques du son époque Illmatic, allergiques aux nouveaux hits  des MC's en plastique, réfractaires au rap version skyrock-flonflon, slam-molasson, ou bad boy-bidon, impossible de ne pas répondre à l'invitation de quatre tontons flingueurs teutons.
     

    Pour la petite histoire, Snowgoons est un groupe de producteurs créé en 1999 à Karlsruhe et composé de DJ Illegal et Det. Ils produisent un premier maxi produit en 2000 pour un rappeur allemand nommé Pal one. En 2004, ils sortent un EP « Return of the Culture ». Ils sont rejoint en 2006 par Torben et DJ WaxWork, le groupe devient alors un véritable collectif, enchainant les scènes à travers l'Europe.

    En 2007, il s'exhile aux Etats-Unis pour y développer de nouvelles collaborations. Leur renommée traversera les Etats et les Bavarois rencontreront des membres du groupe Army of the Pharaohs, rencontre dont naîtront deux albums publiés chez Babygrande.

    En 3 ans, les Snowgoons ont produit 5 albums : German Lugers (2007), Black Snow (2008), A fist in the tought, The Trojan Horse et German Snow (2009). On retrouve sur leurs albums une pléthore de pointures : El Da Sensei, Buckshot, Ill Bill, Main Flow, Wise Intelligent, Edo G, R.A. The Rugged Man...



                                                                                                         THS



    Remix avec un sample de Johnny...


    http://www.youtube.com/watch?v=mLvyo1x2C_I


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique