•  

    La douce chaleur du souffle du skin derrière ta nuque...

     

    On savait les flics (et ce qui s'en rapproche) capables des pires maquillages de crimes (le terme « bavure » ne me paraît d'ailleurs plus vraiment d'actualité...mais me l'a-t'il paru un jour, en fait?), de l'organisation de sections en civil envoyées pour casser des vitrines durant des manifs, histoire de légitimer le matraquage en règle (du coup) de prolos, d'étudiants, de sans-papiers (« Lui, tu le gardes pour après! Ces gens-là, non seulement ils ont pas de droit mais en plus, ça fait du chiffre! »), les CRS assez inventifs pour cacher des lames de cutter dans les semelles de rangers, pour être sûrs de ne pas rater leur coup (Quel professionnalisme, quand même!), et puis, bien sûr, les insultes, les mandales gratuites, la chasse aux chiffres faciles et réutilisables à outrance*, etc,la routine, quoi...Mais là, c'est une première en France! A ma connaissance, du moins: Balancer des infos obtenues lors de dépositions à un groupuscule nazi... Là, je dis: chapeau bas, les gars! Bon, plusieurs médias en ont déjà parlé (pas beaucoup, mais plusieurs quand même), mais ça va pas m'empêcher d'en rajouter une couche...plutôt acide...

    Chronologie des faits: A Lille, le 23 mai 2009, une manif « contre la répression d'état » se finit par des insultes devant la Vlaams Huis -un repaire de nazillons. Refrain: Les forces de l'ordre interviennent. Score final: 26 interpellations du côté des manifestants. S'en suivent -tellement- logiquement gardes à vue, photos, prises d'empreintes, dépositions... Et là, le 9 juin, apparaît sur You Tube une vidéo nazie qui mentionne les prénoms, initiales des noms et adresses (parfois même celle des parents) des personnes mises en GAV quelques 15 jours plus tôt. La vidéo sera retirée le 14. Entre temps, diverses intimidations et menaces de skins venus directement aux adresses des antifachos (C'est sûr que c'est plus simple!) viennent égayer cette situation cocasse, avec l'exemple de cette jeune fille (Ça aussi, c'est plus simple!) qui s'est faite taillader le visage à coup d'opinel... La relation entre flicaille et nazis n'étant pas bien longue à déduire, le Konnard Konfirmé Claude Hermont, responsable de l'asso de konnards en herbe, nie tout en bloc (identitaire) et se défend en affirmant que la liste des gauchos est arrivé anonymement dans leur boite aux lettres, répliquant, au passage: « Les français aiment dénoncer, c'est comme ça depuis 1939! ». Il m'a l'air fin, ce garçon!

    Et puis, fin aout, voilà que CQFD, Siné Hebdo, Le Canard Enchainé, Liberté Hebdo** (et quelques autres) reçoivent un mail anonyme contenant un imprimé, qui leur apprend que le Konnard Konfirmé a ses entrées à la police nationale et municipale, puisque plusieurs de ses adhérents sont de la maison! (C'est tellement simple!), et même qu'ils sont félicités par les autorités locales pour leurs « actes de bienfaisance »! Faut dire qu'ils ont l'air de s'investir, les K.....

    Bref, je sais pas pour vous mais moi, je sens comme une ambiance lourde et répressive... Et vous avez remarqué? Tout s'est passé dans un enchainement si simple et logique, avec juste quelques relations extra-professionnelles...que j'en viens à me demander si c'est pas l'époque qui favoriserait ça? Enfin... Toujours est il que voila la double peine pour gauchos insoumis inventée et mise en place! Et hop! Ça, c'est fait!

     

    * voir « Sans casque, ni bouclier », entre autres.

    ** lisez les si vous voulez en savoir plus!

     

                                                                                                                        DK


    votre commentaire

  • Ca fait 10 ans que je ferme ma gueule, mais là, ça suffit !

    Voir tous ces BCBG, le cœur rempli de bonnes intentions, brandir fièrement leurs cartes d’électeurs pour m’inciter à aller voter… Ils ont réponse à tout et, à les écouter, ce serait de ma faute si les élections européennes ne concernent plus personne et si Le Pen est passé au deuxième tour des présidentielles en 2002. Ils veulent même me prendre par les sentiments en me disant qu’une vie de plus ne serait pas négligeable pour botter le cul à Sarko.

    Mais je les encule, ces connards et je rigole bien en les voyant se débattre dans la merde politique, qu’ils n’ont certainement pas voulu, mais qu’ils cautionnent chaque fois qu’ils vont fourrer l’urne… Cette sensation du devoir accompli, qui n’est, en réalité, qu’une façon de plus de se débarrasser des problèmes comme on jette un tas d’ordures à la beine.

    Tout ça pour vous faire rentrer dans un moule qui consiste à croire en une solution dans la politique du pays… De fait, le résultat ne compte plus, le but étant juste de faire voter les gens. Les élections afghanes en sont un exemple flagrant… Personne n’ignore, malgré ce second tour il y a quelques semaines, qu’elles ne sont ni justes, ni loyales, et pourtant, le populo se doit d’accomplir cet acte « civique » (sic !) et surtout symbole de démocratie moderne (re-sic !)… Mais le but visé n’est autre que l’endoctrinement et, surtout, n’a rien à voir avec une quelconque liberté et encore moins, comme ils aiment tant à le répéter, avec « l’espoir d’un peuple »… C’est juste du business…

    Maintenant, fais ton choix, vote ou ne vote pas… Mais assume !

     

     

                                                                                                  AKUFEN


    votre commentaire
  • Ne pas confondre télépathie et télé-pâté.            


    Vous savez quoi, les aminches ? Et ben, au risque de vous choquer, moi, j’ai plus la télé depuis maintenant des années ! J’entends déjà les « Oh, l’vieux con ! »… Eh dis donc, jeune branleur, c’est qui que tu traites de vieux ?!

    Faut se remettre dans le contexte : Etant, culturellement, de nationalité française, je me reconnais une certaine naïveté – qui peut vite amener à certaines fortes dépendances -, face aux discours et images « chocs », même au sens gras du terme… Alors je préfère couper court à ces fumisteries, qui n’ont, pour seul but, que de s’incruster pour mieux influencer mon débat, et ses thèmes, de surcroît… Je vais peut être vite et loin, là… Serait-ce aussi par pur esprit de contradiction ou pour ne pas payer la redevance ? Un peu… Mais c’est surtout que par le biais des documentaires, des infos, des séries et des émissions – une énorme majorité, en tous cas-, j’ai toujours l’impression que le bien fondé et l’éloquence des discours (On croirait même sentir leur haleine fraîche !) ne sont faits que pour attirer mon attention pendant qu’il y a des trucs autrement plus dégueulasses qui se dirigent à grande vitesse vers mon arrière-train (pour être poli) ! Saloperie de politiquement correct, me fais toujours avoir !

    Et, au fond, dites moi voir ce qu’elle apporte, cette télé ? En vrai ? A part, bien sûr, l’envie de la re-regarder le lendemain… Non, parce qu’entre voyeurisme public et sacro-sainte parole (Qui a dit « C’est la télé qui vous regarde et pas le contraire » ?), racolage soigné et bonne conscience, faut pas déconner, quand même ! Télé, divertissement populaire, mon cul ! Endormissement oculaire me parait bien plus juste… « Ne pensez plus à votre journée, ni à votre condition, évadez-vous »… Bah avec Dechavanne, Delarue, Arthur, Nagui et consorts, bonjour l’évasion !

    J’avoue qu’en infos sensationnelles ou en reportages on-n’est-pas-si-mal-quand-on-voit-ailleurs-comment-ça-se-passe, on est servi ! Mais dès que ça pourrait inciter des gens à quitter leur fauteuil, et donc, à remettre en doute la soumission face au petit écran, peau de zob ! D’ailleurs, les manifs en Guadeloupe, ils ont mis combien de temps avant de nous en souffler l’info ? Et les récents affrontements entre policiers et milliers d’ouvriers impayés, à Narayang, au Bengladesh – pays pourtant chouchou des médias avec ses cyclones et ses pauvres -, incluant destructions de fabriques et de machines de travail, blocages d’autoroutes et 50 blessés (Il y a des forces de l’ordre dans le lot, je vous rassure)… Vous en avez entendu parler, même 30 secondes, à la téloche ? Non, et vous savez pourquoi, faites plus les candides ! Et maintenant que c’est l’Etat qui gère le petit écran…enfin, l’Etat, c’est un bien grand mot pour un nabot d’1 mètre 50, mais bon… (Je sais, c’est facile, bas, petit - moins que lui -, mais ça me fait marrer !). Bref, ça risque pas d’aller en s’arrangeant… Encore moins depuis que TF1 (Booooaaaah) a totale immunité…

    Non, à part amener au renfermement sur soi-même, aux à priori les plus grotesques et réducteurs et au formatage de toutes les générations selon les décisions du gouvernement, je vois pas… Je sais qu’il n’y a pas que des mauvaises choses à la télé (Football, ouais !!!), mais je dois admettre que chercher un poil dans un torrent de merde n’a jamais été mon jeu favori. Ah, quand je pense à mamie, qui me disait : « C’est vrai, c’est la télé qui l’a dit ! »… Si elle avait vu la carte de France présentée par NBC –lors des émeutes en 2005-, avec Strasbourg à la place de Paris, ou inversement… Et n’allez pas me dire que les USA, c’est pas la France ! On parle de télé, je vous rappelle !...Ou si elle avait appris que boire 1 litre et demi d’eau par jour n’était pas franchement conseillé, alors qu’on nous l’a rabâché pendant 15 ans…Elle aurait été toute retournée, ma mamie !

    Non, faut pas croire que c’est des intellos qui racontent que des trucs censés et prouvés… C’est des cons, je vous dis ! Attention, je ne dis pas que j’en suis pas un (con) ! Mais vous m’en avez bien traité au début de ce texte, et j’ai –presque- rien dit ! Essayez de traiter de con un présentateur, pour voir ! Pour la petite anecdote, dans ma jeunesse, j’ai insulté PPDA (avec Lolo, Big up !) d’endormeur du peuple et de suce-boule du pouvoir – peut-être en d’autres termes, mais le fond y était-, il nous a rétorqué qu’on était des « petits enculés », a essayé de nous foutre son verre de pinard à la gueule et a demandé au tôlier d’appeler les flics. Du coup, on s’est cassé en l’insultant de saoulard -croyant, à l’époque, que c’était un défaut-. Tout ça pour dire : on est plus fréquentable que ces gens-là ! Alors ils n’ont absolument pas à nous déballer leurs conneries, et nous, encore moins à les gober !

    Conclusion : Télévision = Piège à con !

    Au fait, si vous trouvez qu’il y a beaucoup de gros mots dans cet article, mettez moi devant la télé, vous verrez !

    Et sinon, les aminches, je vous ai dit que j’écoutais pas la radio ?

     

     

                                                                                                              DK


    votre commentaire
  • Si, à l'heure actuelle -en permanence depuis 2002, en fait-, on nous gave de délinquance et d'insécurité (quitte, pour l'exemple, à promouvoir l'installation d'un portique à détection d'armes  à l'entrée d'un lycée après une agression), force est d'admettre que les prises de position en matière des conditions d'emprisonnement en France se font bien plus rares...

    « Bah c'est beaucoup moins rentable, ma gueule! » me glisse Gègène avec un regard affiné par l'alcool...mais il faut être connaisseur pour apprécier un tel spectacle...

    Il est vrai qu'avec le mini-documentaire filmé par un détenu de Fleury-Mérogis (à voir!), les suicides à répétition ou les histoires de ces mecs incarcérés pour alcool au volant qu'on place avec des codétenus qui les assassineront dès la première nuit, les images sont pourtant chocs, les constats accablants, mais les tensions médiatiques, sur ce sujet, redescendent toujours rapidement... Vous avez remarqué, vous aussi?

    « Tu m'étonnes, ma couille!... Les enculés » me souffle Gèg, déposant de doux effluves en ma direction... Faut être connaisseur...

    Alors, pour l'amertume (non, pas pour le plaisir), je vous fais un petit rappel des ignominies moyenâgeuses qui officient toujours dans les prisons françaises en cette bonne vieille année 2009. Ça fait jamais de bien, mais les zonzons font tant partie du décor et la réalité pénitentiaire me paraît tellement floue dans beaucoup d'esprits, qu'il me paraît un minimum nécessaire de pointer de la plume quelques détails... Au pire, c'est pas néfaste...

    Tout d'abord, chaque année, des détenus meurent par manque de soin. C'est à peu près, à chaque fois, le même scénario: En gros, les mattons, malgré les appels au secours répétés de détenus malades, ne se déplacent pas -prétextant être « habitués à de tels vacarmes »-, et retrouvent un cadavre, entouré de codétenus souvent choqués, à l'ouverture des portes le lendemain. Ce serait pas de la non-assistance à personne en danger, ça? Pourtant, (très) rares sont les cas où un surveillant ou une infirmière ont été mis en cause... Encore faudrait-il que des enquêtes soient lancées...

    C'est peu dire que les prisons françaises sont surpeuplées. Le taux d'occupation à respecter est, déjà, de  120%, et les établissements publics le dépassent, actuellement, allègrement. Pour vous en donner une idée: Dans une cellule de quatre mètres sur quatre, entassez six lits -superposés deux par deux-, six armoires, trois tables et chaises, le coin sanitaire et, bien sûr, six détenus! L'ambiance paraît chaleureuse, quoique' assez oppressante, vous trouvez pas?  C'est bien les conditions dans lesquelles sont logés certains prisonniers... Ils ont, parfois, leur matelas à même le sol... Et nul besoin de m'étendre sur l'état des cellules, je pense...

    Les taulards qui travaillent se font plus qu'exploiter. Les tâches, souvent peu reluisantes, sont à peine rémunérées et n'apportent jamais une aide à la réinsertion. Elles s'effectuent sans contrat de travail (ce qui est logiquement interdit par le Code Pénal), et sont également payées à la tâche (pratique également interdite en France), preuve que, même pour l'État, les prisons sont des zones de non-droit...

    La détention provisoire, en pleine explosion, est une aberration. Elle sert surtout à mettre la pression aux détenus pour obtenir des aveux... Il faut savoir que plus de huit cent personnes par an sont innocentées après un non-lieu, et certaines, après avoir passé près d'un an en geôle... Certains appelleront ça de la prévention...

    L'hygiène est un gros problème. En effet, seuls le « loyer » et les « trois repas » sont « offerts » (vous comprendrez les guillemets). Restent à la charge du détenus: les produits d'hygiène personnelle (savon, brosse à dent, etc.), les produits d'entretien pour la cellule, le matériel de correspondance (timbres, papier...) et les vêtements... Et bien sûr, la famille n'a rien le droit de lui apporter, ça, je ne vous l'apprends pas... Et les tarifs des cantines sont-c'est fatalement logique!- en pleine explosion et ne sont soumis à aucune règle. 

    Et les jeunes mères qu'on enferme en cellule avec leurs enfants de moins de 18 mois... Les produits de substitution encore rarement employés pour les toxicomanes, provoquant des risques mentaux et une mort plus probable... Et les familles éclatées à cause des fréquents déplacements de prisonniers, dans le simple but de faire mentir des chiffres... J’en passe énormément, et j'en oublie encore plus... Et tout est fait pour, j'ai l'impression...

    Après ces quelques gros détails déjà honteux, le constat découle de lui-même: les suicides et les récidives se multiplient, laissant clairement voir que la prison est tout sauf une solution... Alors pourquoi s'acharner à vouloir en construire d'autres?

    « Bah c'est pour les chiffres de la délinquance, gros! C'est un cercle! » me gueule Gèg dans les oreilles en remplissant mon godet!

    L'Observatoire International des Prisons (OLP) demande depuis des années une politique réductionniste, en arrêtant de construire des taules -ils affirment que ce sont ces constructions qui, financièrement parlant, ont empêché toute initiative pénitentiaire depuis longtemps-, en réduisant le recours à la détention, en dépénalisant, du coup, certaines infractions et en plafonnant les peines... Méthode qui fonctionne déjà très bien en Finlande et en Grande-Bretagne...

    Sinon, pour la petite histoire, à Londres, en 1870, un nouvel impôt provoqua des émeutes... Et devinez ce qu'ils ont fait, ces sauvageons? Ils ont brûlé les prisons sur leur passage, libérant, au passage, tous les détenus!

    « C'est pas con non plus... » finit Gèg en achevant la bouteille pour qu'on trinque...

     

                                                                                                              DK


    votre commentaire

  • J'adore les leçons de journalisme... Les donner, déjà... Mais, les prendre, c'est pire... Alors, voilà, la majorité bien- pensante, et même un certain Monsieur tout-le-monde, souhaiterait nous voir nous agenouiller devant quelques uns des principes à la con du genre:

    -        Ne sombrez pas dans la vulgarité!

    Même quand les entreprises délocalisent impunément après avoir reçu des aides de l'état?

    -        Ne tombez pas dans l'agressivité!

    Même si les gens bien intentionnés n'ont d'autre choix dans une société corrompue?

    -        Ne vous jetez pas à corps perdu dans l'extrémisme!

    Même si « la prochaine guerre mondiale ne devrait pas tarder si tout va bien et qu'on a assez de temps pour? » (ceux qui auront reconnu d'où sort cette expression -légèrement actualisée- gagnent un brin d'estime! Venez nombreux!)

    -        Ne cédez pas à la facilité!

    Même quand, des facilités, plus personne n'ose en faire?

    -        Ne vous échouez pas dans la complaisance!

    Même quand c'est le seul exemple qu'on a?

    -        Et, par dessus tout, faisez gaffe à les mots!

    Manquerait plus que ça! C'est les miens, merde!

    Bref, que de brimades! Et fourbes, avec ça!

     

                                                                                                  DK


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique